La Résidence d’artistes [43.5], dédiée à la création et à la recherche artistiques, est née en 2011, à Aix en Provence, à l’initiative de Michèle Cohen, directrice de la galerie d’art La Non-Maison, avec le soutien de la FONDATION ALMAYUDA. La Résidence [43.5] est membre du CIMAM, le Comité International pour les Musées et Collections d’Art Moderne.


 

La Résidence [43.5] se situe 22 rue Pavillon, à Aix en Provence. La rue Pavillon, rendue célèbre par les dessins et aquarelles du peintre Léo Marchutz, se trouve dans le centre historique, à quelques pas du Musée Granet, des brasseries du Cours Mirabeau et des commerces de la rue d’Italie. Elle est aussi très proche des villages du Pays d’Aix et de la Montagne Sainte-Victoire si chère à Cézanne. Entièrement refaite par un architecte, la maison occupe 150 m2 sur deux étages et une mezzanine. Elle est située au dessus de la galerie d’art La Non-Maison. Au dernier étage, sous la verrière, un atelier lumineux est le cœur de la résidence, un lieu privilégié de création et de recherche.

Temps suspendu

Le plasticien Badr El-Hammami pendant son séjour. Réalisation Melania Avanzato.

La Résidence [43.5] a été créée afin de participer au développement de l’art contemporain et favoriser les rencontres entre artistes. Elle leur offre l’occasion de se dépayser, de vivre l’entre-deux, le temps suspendu dans un espace étranger et de réinventer les liens entre leur art et leur vie. En se retirant de leur vie habituelle, ils redécouvrent « l’espace de rétractation » nécessaire à la création : ne plus y être pour que quelque chose d’autre existe.

Ne plus y être pour que quelque chose d’autre existe.

Soutenue par la FONDATION ALMAYUDA, la Résidence [43.5] accueille des artistes internationaux (plasticiens, photographes, commissaires d’expositions, critiques d’art, réalisateurs), pendant une période de trois mois. A l’issue de leur séjour, les artistes apportent leurs connaissances, leurs réseaux, leurs idées, contribuant à faire de la résidence un lieu d’échanges et de rencontres, d’où partiront d’autres invitations et naîtront d’autres projets, portés par des artistes cooptés.

Chaque mois de juin, la Résidence [43.5] organise une exposition collective, intitulée « Un coin du monde ». Il s’agit de montrer le travail des artistes venus en résidence des quatre coins du monde et de le mettre en valeur sous le regard attentif de curateurs invités. Ces artistes, et d’autres, feront de cette maison où ils ont travaillé, une « maison œuvre », de la cave au grenier, tiroirs et placards compris !

Depuis son ouverture, en janvier 2011, la Résidence [43.5] a reçu près d’une trentaine d’artistes, originaires du monde entier : Allemagne, Canada, Chine, Egypte, Espagne, France, Israël, Italie, Liban, Maroc, Mexique, Portugal, Sri Lanka, Tunisie, USA… Sa grande fierté n’est pas seulement d’avoir permis à certains artistes de séjourner pour la première fois à l’étranger. C’est aussi d’avoir permis de belles rencontres, qui ont permis le développement de projets féconds.

Ainsi, Bernard Plossu et Abdellah Karroum ont-ils uni leurs forces pour publier « Maroc 1975 ». Lors de son séjour, John Cohen a sensibilisé la FONDATION ALMAYUDA à la cause des indiens Q’eros du Pérou. Didier Ben Loulou est parti en Inde pour travailler avec les jeunes orphelins du Ramana’s Garden. Nombreux sont les projets, soutenus par ALMAYUDA, qui sont sortis du champ strictement culturel pour s’épanouir dans d’autres domaines et vers d’autres horizons.

Photos et vidéo : Mélania Avanzato

Témoignages

Harel Luz

« Au début, j’ai pensé que ce serait dur pour moi d’être intellectuellement stimulé dans un lieu si calme, car j’étais habitué au tumulte de Tel Aviv. J’ai été extrêmement surpris de ressentir l’inverse. L’atmosphère unique de la résidence m’a aidé à mieux me concentrer sur mon travail, sur ce que j’étais en train de réaliser et, comme je passais énormément de temps sur mes œuvres, j’avais besoin de silence. De plus, je pouvais travailler sans me soucier des problèmes de la vie de tous les jours, le loyer, etc. »

Ivan Boccara

« Ces deux mois et demi en résidence m’ont permis de rassembler, ordonner et organiser vingt-sept années de photographies argentiques. La résidence est un espace et un moment précieux, propice à la création, à l’isolement, aux rencontres et aux flux des idées. »

Lien utile : www.residence43-5.com